Le Brésil et le Combi Volkswagen

L’histoire du Combi Volkswagen, une voiture populaire, inventée en 1950 par des étudiants d'un collège allemand, et devenue un des plus grands succès de vente automobile au Brésil, ressemble à un conte de fées. Des années après sa conception en 1950 et la fin de sa production en 2014 au Brésil, le combi continue à être utilisé dans les villes brésiliennes comme un véhicule de transport alternatif.

Le symbole d'un pays

Brésil, 1956. Juscelino Kubitschek est élu président avec la devise : « Cinquante ans sur cinq » et l'objectif de développer et industrialiser le pays à un rythme jamais vu auparavant. Soutenu par le développement de l'industrie automobile, qui cherche de nouveaux territoires pour grandir, le nouveau président se lance dans la construction de kilomètres d’autoroutes pour unir le Nord et le Sud du Brésil.
Aujourd'hui, cette décision est très critiquée par de nombreux experts, puisqu’elle a empêché le développement d'un réseau ferroviaire solide, et nécessaire dans un pays aux dimensions continentales.
Toutefois, la décision de Kubitschek encourage l'arrivée des constructeurs européens et Volkswagen est celui qui s'adapte le mieux à la culture locale. La Kombinationsfahrzeug, nom d'origine du combi, gagne le cœur des Brésiliens.
Le premier combi entièrement produit au Brésil date de 1957, dans l'usine de São Bernardo. C’est d’ailleurs dans cette même usine, que les quelque 1,5 millions d'unités produites au Brésil seront également assemblées. Et c’est aussi ici qu’un autre fils du Brésil, l'ancien président Lula, commence sa mutation d’ouvrier à homme politique qui mobilise des masses.
L’histoire du combi est donc liée à celle du Brésil. Elle commence avec la politique industrielle de Kubitschek dans les années 50 et se termine avec la fin du modèle Lula, pour qui le symbole de réussite de son gouvernement est la devise « une voiture pour chaque Brésilien ». Le combi est sans doute le symbole du pays.

 

Un Combi utilisé comme véhicule de transport de passagers à Rio
Un Combi utilisé comme véhicule de transport de passagers à Rio

Outre le charme, la force

Les éléments historiques sont indéniables, mais cette histoire n’existerait pas si le combi n’avait pas gagné le cœur de tous les Brésiliens. Dès le début, le véhicule allemand est conçu pour être une voiture de transport familiale, mais sa polyvalence  – il peut également servir de véhicule utilitaire ou de véhicule de transport collectif – est pour beaucoup dans sa réussite.
Autrement dit, les qualités du combi ne se limitent pas à sa beauté. Engendré pour être économique et transporter beaucoup de personnes, il est également connu pour sa durabilité et sa facilité de réparation.
C’est bien pour ça que dans les années 70, la voiture est devenue très populaire parmi les jeunes, qui commencent à découvrir la culture hippie américaine, mais aussi parmi les classes populaires, qui utilisent le combi pour transporter, soit de marchandises soit des passagers.
En quelques années, le combi devient le principal véhicule de transport alternatif des grandes villes, et pallie la précarité des systèmes publics de bus et l'absence de métro. À São Paulo, par exemple, qui a reçu d'importants flux d'immigrants du Nordeste et s’est développée de manière exponentielle, l’existence du combi a permis que beaucoup de personnes puissent venir travailler dans le centre-ville.

La fin

Incapable de s’adapter à une loi qui exigeait l'installation d’airbags et freins ABS sur toutes les voitures produites à partir du 1er janvier 2014, Volkswagen décide de faire un adieu spécial pour la fourgonnette : une dernière édition, qui a un look rétro et des garnitures intérieures de luxe avec rideaux d'époque et sièges bicolores.
Produite a seulement 600 unités, le prix de ce combi Dernière Édition a été fixé à 85 000 dollars (74 900 euros environ). Mais comme ce coût exorbitant élevé n'a pas découragé les collectionneurs, Volkswagen a dû doubler le nombre de voitures produites et le porter à 1200 unités.

 

blog-bresil-rio-de-janeiro-combi-volkswagen

Encore en vie

Bien qu’il ne soit plus fabriqué, les avantages d'avoir un combi aujourd'hui sont encore nombreux au Brésil : exemption du paiement des taxes foncières pour les voitures de plus de 30 ans, faible consommation de carburant, grande provision de pièces sur le marché, réparations simples, moteur fiable et durabilité de la voiture. Toutes ces qualités font du combi un véhicule toujours bien présent dans les rues brésiliennes, en particulier dans l'intérieur du pays.
Quant aux hippies, le combi exerce toujours son attraction sur les nouvelles générations, qui voient dans la voiture un style de vie. Pour eux, avoir cette voiture s’est aussi capturer un esprit d'aventure et de liberté perdu.
Le combi n’est donc pas devenu une voiture obsolète, car elle reste vivante dans l’esprit des Brésiliens. Si elle est encore en circulation c’est aussi parce qu’elle est devenue une icône pop. Ce symbole-voiture, emblème des jeunes mécontents en 1970, drapeau de la classe ouvrière dans les années 80 et 90, fait partie du patrimoine brésilien.

© photos : Rodrigo Arnaiz