En direct du Maracanã

Rares sont les touristes qui brûlent d'envie de visiter le Stade de France ou le Parc des Princes.  Mais nombreux sont ceux qui rêvent d'assister à un match au Maracanã. Quand il s'agit de partir en voyage au Brésil, la découverte du foot et d’un stade est presque une obligation. Quand l’opportunité d’aller au Maracanã pendant la Coupe du Monde 2014 s’est présentée, je n'ai donc pas hésité une seule seconde. Le 25 juin, j’ai pu assister au match France-Équateur.

Un peu d’histoire

Le stade du Maracanã a été construit en 1950 pour la Coupe du Monde de la même année. Après quelques matchs, dont la défaite du Brésil en finale contre l’Uruguay, la renommée du stade s’était déjà répandue dans le monde entier. 64 ans plus tard, celui qu'on appelle le "plus grand stade du monde" a accueilli des millions d'amateurs de football, tous séduits par son atmosphère unique.

 

blog-bresil-rio-janeiro-stade-maracana-2

Quand le Brésil a été élu comme pays hôte de la Coupe du Monde 2014, il était évident que la finale se jouerait au Maracanã. Néanmoins, le stade, détérioré par le temps, ne répondait plus aux exigences de la FIFA. Comme sa démolition était hors de question, on décida de refaire le stade sans modifier sa structure externe.

L'arrivée au Maracanã

Comme en Europe, le match commence quelques heures plus tôt… dans une station de métro. À Rio de Janeiro, le métro ne dispose que de deux lignes, donc il est impossible de se perdre. Il suffit d'entrer dans n'importe quelle station, repérer la station "Maracana" sur le plan et suivre jusqu'à votre destination. Dans mon cas, il était 14h quand j’ai quitté ma dernière réunion de la journée pour partir au stade depuis la station "Catete". Même si à Rio, le 25 juin était un jour férié (décision prise exceptionnellement par la mairie de Rio pour faciliter l'accès au stade des spectateurs, n.d.l.rdès que je suis descendu sous terre, j'ai rencontré une multitude de personnes.

 

À quelques heures du coup d'envoi, la foule se presse aux abords du Maracanã.
À quelques heures du coup d'envoi, la foule se presse aux abords du Maracanã.

Des dizaines d’Équatoriens se mélangeaient aux supporters brésiliens arborant un maillot de clubs de Rio. Un groupe de Français courtisait une belle Brésilienne en lui offrant des drapeaux, des cadeaux et même une bise sur la joue. L'ambiance était paisible et amusante, et en moins de 20 minutes, nous sommes arrivés à notre destination : le Maracanã était devant moi.

 

Dehors, tout s'est très bien passé, avec des files d'attente organisées, des informations en anglais et en portugais et un respect mutuel entre Français et Équatoriens, qui rentraient dans le stade à la recherche de bière et d’autres boissons.

À l'intérieur du stade

J'ai atteint mon siège environ une heure avant le début du match, mais dans les tribunes la fête avait déjà commencé. Quand un côté chantait "Allez les bleus", l'autre répondait avec "Vamos Ecuatorianos," et ainsi de suite. Tout le monde semblait heureux d’être là !

Au fond, sur le terrain la France et l’Équateur ne faisaient pas grande chose (0-0 à la fin du match, n.d.l.r), mais le nouveau stade de Maracanã mérite la visite. J'avais déjà assisté aux matchs de Botafogo qui se tanait dans le stade, mais là l'atmosphère était vraiment spéciale.

 

Un supporter français sous pression
Un supporter français sous pression

Pour tous ceux qui sont passionnés par l'histoire, la tradition et le passé, le nouveau Maracanã pose quelques problèmes : le terrain a été réduit, les gradins remplacés par des chaises, et la majesté qui caractérisait autrefois le stade a laissé place à la modernité. Cependant, pour ceux qui aiment le football et le spectacle, le Maracanã reste l'un des plus beaux stades du monde. Si vous voulez découvrir Rio de Janeiro, vous devez impérativement vivre l'une des plus grandes passions des Brésiliens dans son plus beau temple.

© photo principale : Passion Brazil © autres photos : Rodrigo Arnaiz