Le revers de la médaille

À J-1 de la cérémonie d'ouverture des jeux Olympiques, les Cariocas se préparent pour faire la fête mais les médias, eux, font état de divers incidents entachant la tenue des jeux. Également sur la sellette, le projet de réaménagement urbain de la ville fera sans doute l’affaire, mais ne réduira par pour autant les inégalités urbaines de Rio…

Une ville sécurisée mais inégalitaire

Depuis quelques mois, la presse rapporte des nouvelles qui ne vont pas sans inquiéter et les étrangers, et les Brésiliens. À peine inaugurée, une voie cyclable a été détruite en avril par une vague géante, tuant deux cyclistes. Début juillet, les télévisions allemandes ARD et ZDF se sont fait braquer leurs équipements (aussitôt retrouvés par la Police). À son inauguration, le Village Olympique a quant à lui fait l’objet de critiques très, très sévères. Un lutteur néo-zélandais, enfin, a été kidnappé… par des policiers ! Ces derniers, précisons-le, ont déjà été arrêtés. Est-ce à dire que l’insécurité régnera dans les rues de Rio ?

Pas forcément, car la « ville merveilleuse » a pris l’habitude des grands événements. La formule, hélas, reste la même depuis le Sommet de Rio de 1992 : suite à un « nettoyage » visant certaines populations (habitants de rue, vendeurs ambulants, etc.), on multiplie les effectifs policiers et militaires afin d’assurer la sécurité des visiteurs. De par leur dimension, les J.O. avaient néanmoins suscité un nouvel espoir : marqué par la violence, mais surtout par l’inégalité, Rio de Janeiro trouverait enfin le chemin d’un développement plus inclusif et durable.

blog-bresil-jeux-olympiques-rio
Les habitants de Vila Autódromo protestent contre le réaménagement urbain de Rio © Association des Habitants de Vila Autódromo

Rien de tel. Comme le dénonce la campagne Jogos da Exclusão (jeux de l’Exclusion), la mise en œuvre des installations olympiques et la préparation pour les J.O. se sont faites en détriment des populations défavorisées… En effet, des milliers de personnes à bas revenu ont été délogées et des favelas entières ont été soumises au joug des forces militaires. Un modèle spécial de marché public a permis au maire Eduardo Paes d’éviter nombre d’écueils légaux ; bénéficiant d’une large majorité à la chambre municipale, le mandataire a été, qui plus est, très peu dérangé dans ses choix. Mais en fin de comptes, à qui les J.O. profitent-ils ?

Les jeux Olympiques de la spéculation immobilière

Les grands travaux de mobilité urbaine et d’aménagement de la ville augmenteront sans doute l’attractivité de Rio. Intégré au projet de revitalisation de la zone portuaire, le nouveau tramway installé en centre-ville suit un trajet utile et plaisant, qui viendra consolider le renouvellement de ces quartiers historiques. Importante au niveau touristique, cette modalité de transport semble purement décorative au regard du système BRT de bus et de la Ligne 4 du Métro. Alors que la répartition des flux journaliers pointe vers la nécessité de renforcer les transports en commun reliant les zones nord et ouest de la ville à la célèbre zone sud, le nouveau système de bus s’articule autour des installations olympiques (situées dans la zone ouest). La nouvelle ligne de métro sera quant à elle une aubaine pour les quartiers riches de l’extrémité occidentale de Rio ; le trajet retenu, qui ne fera que répliquer l’axe ouest-sud d’ores et déjà emprunté par les habitants de la Barra da Tijuca, avait fait l’objet de maintes propositions alternatives, qui viabiliseraient une intégration plus effective de la ville.

À qui profite donc ce réaménagement urbain centré sur la zone ouest de Rio de Janeiro ? Ce même quartier de Barra da Tijuca constitue depuis quelques décennies l’épicentre de la spéculation immobilière à Rio. Ainsi, les grands projets de mobilité urbaine permettront aux habitants présents et futurs de Barra de gagner le centre-ville rapidement, et aux populations pauvres de travailler pour leur compte. En d’autres termes, Rio de Janeiro a perdu une opportunité historique de mettre en marche un modèle de ville plus égalitaire.

Mais rassurons-nous : les J.O. seront une belle fête, car les Cariocas s’y connaissent dans ce domaine ! Dommage que les invités d’honneur soient les grandes entreprises du bâtiment, plutôt que l’ensemble de la population de la ville…

© photo principale : RIO 2016/ANDRÉ LUIZ MELLO © photo article : Association des Habitants de Vila Autódromo